mercredi 19 septembre 2012

Eglise de Saint-Jean-le-Mystique


marque déposée à l' I.N.P.I. - Logo E.M.S.J.- "Eglise de Saint Jean le Mystique", 

 çà et là encore, Eglise Mystique de Saint-Jean, E.M.S.J

© 2008 Mgr Uriel + claude




Monseigneur JEAN STAHL
CONSECRATION EPISCOPALE
par
S.B. MAR TUGDUAL 1er
assisté de
NN. SS. IMIER, PATERNE, SULIAC, CRY
en la Chapelle-Cathédrale de la Sainte-Présence à Saint-Dolay
Pâques 1968
Rédaction Pâques 1978 ce, en souvenir du dixième anniversaire de sa Consécration Episcopale.


«VOUS ETES EVEQUE? VOUS AVEZ UNE SUCCESSION APOSTOLIQUE,
DEROULEZ LA LISTE DE VOS EVEQUES QUI VOUS ONT PRECEDE ET CONSACRE».
TERTULLIEN, DOCTEUR DE L'EGLISE, né à Carthage (155-222)

------------------------------------

LA SAINTE EGLISE CATHOLIQUE EST UNE
ELLE SE COMPOSE DE SEPT PATRIARCATS

  1. celui de SAINT JEAN fondé par JESUS-CHRIST le Vendredi-Saint et confirmé par JESUS-CHRIST la veille de l' Ascension de l' an 33 (1)
  2. celui de JERUSALEM fondé par Saint JACQUES à la Pentecôte de l' an 33
  3. celui d' ANTIOCHE fondé par Saint PIERRE en 38 (2)
  4. celui d' ALEXANDRIE fondé par Saint MARC en 50
  5. celui de ROME fondé par Saint LIN, son 1er Evêque en 56
    prend le titre de St-PIERRE après son martyre sur le Mont Vatican en 65 (3)
  6. celui de CONSTANTINOPLE fondé sur le lieu du martyre de Saint ANDRE en 70
  7. celui de MOSCOU qui se déclare successeur de Saint ANDRE en 1472
  1. Evangile de St JEAN, XIX. 27. XXI. 22.
  2. Oriens Christianus par le Quien. t.II col. 1357-1408
  3. Lebreton -Zeiller : L' EGLISE PRIMITIVE, dans HISTOIRE DE L' EGLISE par Fliche et Martin (Bloud et Gay).
    ------------------------------------------------
«UNA CUM OMNIBUS ORTHODOXIS, ATQUE CATHOLICAE ET ASPOSTOLICAE FIDEI CULTORIBUS»
(Canon de la Messe de Charlemagne, maintenu par PIE V.)

L' EGLISE est UNE dans les SEPT expressions, qui ne doivent ni s' opposer l' une à l' autre, ni tenter d' exercer une suprématie l' une sur l' autre.

Le Seigneur Jésus-Christ en est le Roi, le Prêtre véritable, la Victime sacrificielle.

L' EGLISE, dépositaire de la Foi, est le signe visible de la PAROLE DE DIEU sur terre. En ce sens, elle est SAINTE. Divinement instituée, elle a, par Jésus Christ, la grâce d' être éternelle et universelle.

L' EGLISE est APOSTOLIQUE, car elle repose sur la foi des Apôtres et sur leurs filiations ininterrompues jusqu'aux Evêques contemporains qui doivent transmettre le message divin à toute la terre, à l' exemple des Apôtres.

Chacun sait que l' Eglise a été fondée par JESUS-CHRIST le Vendredi-Saint, ainsi que le rapporte Saint JEAN (XIX, 27).

A l' origine de l' Eglise, il y a JEAN, le disciple de prédilection de JESUS lorsque, fidèle aux injonctions de son Maître, il prit chez lui la Sainte Vierge Marie; JEAN représentait l' humanité régénératrice par le Sacrifice du Christ, accueillant comme Mère celle que la liturgie nomme: «Siège de la Sagesse».

Cette Eglise fut confirmée par Jésus-Christ quarante jours plus tard, la veille de l' Ascension (JEAN, XXI. 22), lorsque Jésus recommanda à Pierre de ne pas s' occuper de JEAN, ni du courant mystique qu'il incarne et qui doit se perpétuer à travers les siècles jusqu'à son retour.

Ce n' est que dix jour plus tard, à la Pentecôte, que se forma l'Eglise institutionnelle, UNE dans ses six autres Patriarcats.

Si l' Eglise institutionnelle rappelle au pécheur: «Souviens-toi que tu es poussière...» (1) dans la Bergerie de Saint-Jean (2), il est dit, au début du Carême: «Souviens-toi que tu es lumière et que tu retourneras à la Lumière» (3).

  1. GENESE III.
  2. Le DANTE se disait appartenir à la Bergerie de Saint JEAN
  3. Cf. St Matthieu V. 14

FILIATION APOSTOLIQUE
il convient de rappeler

l' ANCIEN TESTAMENT

Avant JESUS-CHRIST

ABRAHAM, né à UR, en CHALDEE, reçut la «Bénédiction» de MELKISEDEK, Roi de SALEM (Sion) sur le Mont SION.

Moïse, né en EGYPTE, a conduit son peuple jusqu'au JOURDAIN.

JOSUE, né à CHANAAN, succède à MOISE et passe le JOURDAIN. C' est la conquête de la TERRE PROMISE.

DAVID, Roi de JUDA. C' est le début de la lignée des Rois de JUDA. Lignée d' où sont issus MYRIAM et Joseph.

SALOMON succède à DAVID. Il fonde le TEMPLE à JERUSALEM qui a été bâtie sur le Mont de SION.

Sous ESDRAS, au retour de captivité de BABYLONE, codification des Textes saints; ils sont rassemblés dans la Bible.

Et pour

le NOUVEAU TESTAMENT

A partir de la naissance de JESUS-CHRIST-ROI.

  • Fondation de l'Eglise chrétienne sur le Golgotha. Elle est confiée par le CHRIST à MARIE et à JEAN.
  • Première Communauté chrétienne fondée à JERUSALEM par JACQUES

Venant de JERUSALEM, PIERRE fonde la deuxième Communauté chrétienne à ANTIOCHE.

La succession apostolique consiste en la transmission de la plénitude du sacerdoce: l'Episcopat. Ces pouvoirs épiscopaux, ayant été conférés aux Apôtres par le Christ lui-même, furent transmis par les Apôtres à des disciples jugés capables de porter cette charge, depuis les temps apostoliques jusqu'à nos jours sans interruption.

Seul les Evêques, successeurs des Apôtres, peuvent transmettre validement le Sacerdoce, assurant ainsi leur succession.

Le sacerdoce doit son origine, son autorité, ses pouvoirs non à l' homme mais à Dieu lui même.

Notre-Seigneur JESUS-CHRIST, Prêtre éternel, en possession de la plénitude de tous pouvoirs et de toute autorité, conféra le Sacerdoce et l'Episcopat à ses Apôtres en leur donnant à eux et à leurs successeurs le droit exclusif ainsi que la capacité de les transmettre au cours des âges.

Le Sacerdoce s' est perpétué validement par le rite de l' Ordination.

« Les Chirotonies ou Ordinations orientales sont parfaitement valides et reconnues comme telles par les autorités théologiques et canoniques de l'Eglise romaine (1) »

(1) Discours du Cardinal LERCARO au Collège grec de Rome, 11 nov. 1964

LIGNEE ISSUE DU PROTOPATRIARCAT D' ANTIOCHE
(premier des trois Sièges Pétriniens)

Nous précisons ne tenir compte que de la première Consécration épiscopale de chaque Evêque.

ANTIOCHE ( ville fondée en l' an 307 avant J-C par SELEUCUS, général d' ALEXANDRE LE GRAND, et son successeur), est la capitale de la Préfecture sous l' Empire Romain de cette époque, puis DIOCESE D' ORIENT, après l' institution de diocèse administratifs par DIOCLETIEN (284-305).

Elle fut détruite par un tremblement de terre en 526,

C' est à ANTIOCHE que, pour la première fois, les disciples du Christ ont reçu le nom de CHRETIENS, (Actes XI. 26).

La venue de PIERRE, Apôtre, à ANTIOCHE avait été préparée par la prédication de PAUL et de BARNABE.

Saint PIERRE avait dû fuir JERUSALEM pour se mettre à l' abri de la persécution provoquée par AGRIPPA, successeur d' HERODE.

C' est là, à ANTIOCHE, que St PIERRE fonde et dirige L' EGLISE CHRETIENNE, CATHOLIQUE et APOSTOLIQUE; et c' est là que le christianisme est libéré des contraintes ritualistes et judaïsantes à la suite des remontrances que fait St PAUL à St PIERRE.

Alors ANTIOCHE, centre du culte chrétien, devient le point de départ de la pénétration chrétienne en Occident (monde héllénique et Romain).

C' est en 325 que l' Evêque d' ANTIOCHE prend le titre d' Archevêque, puis de PATRIACHE.

1er Concile de NICEE: - Le canon 6 établit les limites territoriales des évêchés d' ALEXANDRIE et d' ANTIOCHE. - Le canon 7 accorde une place d' honneur à JERUSALEM après les deux précédents. La structure de l' EGLISE, qui se compose à l' époque de quatre Patriarcats, comprend alors trois zones:
  • la plus vaste qui recouvre l' Europe: Rome
  • la Syrie et son hinter land: ANTIOCHE
  • l' Egypte et la Lybie: ALEXANDRIE
    JERUSALEM ne constitue qu' une zone peu étendue.
En 869, au 4e Concile de CONSTANTINOPLE, il est décidé que désormais l' EGLISE est composée de
cinq Patriarcats: ROME, CONSTANTINOPLE, ALEXANDRIE, ANTIOCHE et JERUSALEM.

C' est en 1215, au 4ème concile du LATRAN, qu' il est décidé de reconnaître des «Patriarches latins», ayant juridiction sur les Croisés Occidentaux, dans les territoires des quatre Patriarcats existant en Orient: Contantinople (1204); Alexandrie (vers 1215); Antioche et Jérusalem (1091). Depuis la défaite des Croisés, les Patriarches latins ne conservent leur dénomination qu'à titre honorifique.

--------------------------------------------------------------

A partir de 1453, la Puissance Ottomane opprimant le Patriarcat de Constantinople, le Patriarche successeur de St André, n' a plus la liberté de gouverner l' Eglise. En 1472, le Tsar IVAN se déclare héritier des Empereurs byzantins et Chef de la Chrétienté orientale; il élève le Métropolite de MOSCOU au rang de Patriarche, également successeur de St ANDRE.

---------------------------------------------------------------

En 1662, une scission se fait au sein du Patriarcat d' ANTIOCHE: d' un côté, La Lignée Légitime SYRIAQUE-ORTHODOXE, avec siège à MARDIN; de l' autre, la lignée parallèle SYRIENNE CATHOLIQUE, avec siège à ALEP.

------------------------------------------------------------------

En 1872, le successeur de St PIERRE pour le PATRIARCAT d' ANTIOCHE – Lignée légitime SYRIAQUE-ORTHODOXE, est Mgr BEDROS qui devient
    S.B. IGNACE-PIERRE III

    Afin d' assurer une nouvelle expansion au Protopatriarcat d' ANTIOCHE , ramené à une limitation territoriale par le 1er Concile de Nicée (325), S.B. IGNACE-PIERRE III veut en propager le rayonnement spirituel dans le monde entier.
A cet effet, il donne les pouvoirs épicopaux, en 1877, à Monseigneur Paul ATHANASE, qui devient MAR ATHANASIUS, Evêque de KOTTAYAM et Métropolite
de MALABAR (Indes), comme il avait fait précédemment, en tant qu' Evêque de HOMS, sous le Pontificat de son Prédécesseur IGNACE-JACOB II, pour le Dominicain Jules Ferrette le 2 juin 1866, en le consacrant Evêque d' IONA, missionné pour les Iles britanniques,

Et, par Bulle du 29 décembre 1891, du monastère de MARDIN, S.B. IGNACE-PIERRE III autorise Mar JULIUS I (consacré par Mar ATHANASIUS) à consacrer le prêtre Joseph-René VILATTE, parisien de naissance, américain de naturalisation, en reconnaissant à ce dernier le titre d' Archevêque pour l' Occident ( Amérique du Nord).

Monseigneur Joseph-René VILATTE fut consacré le 29 mai 1892, à Ceylan, par trois Evêques de la lignée légitime Syriaque-Orthodoxe du Patriarcat d' Antioche, sous le nom de MAR TIMOTHEUS I. Archevêque de l' Ancienne Eglise d' Amérique - (Eglise Vieille Catholique d' Amérique du Nord constituée en 1869 pendant le 1er Concile du Vatican). -le Président Aristide BRIAND le fit alors venir en France. Là, il fonde, grâce à la Loi de 1901 :
l' Eglise Catholique Française et ses ordinations, comme ceux de sa double succession sont reconnus valides par le Vatican(cf. Archives du Vatican, Dom JANSEN S.O.C.).

Mgr J.-R. VILATTE avait reçu, en outre la dignité honorifique de «Prélat de Sa Sainteté» (La Diff. Sc.-Paris 1962). PIE XI, d' ailleurs, lui fit verser une pension d' Archevêque quand il se retira à l' Abbaye cistercienne du Pont-Colbert à Porchefontaine près de Versailles, où il mourut en 1939,

A partir de Mgr J-R. VILATTE (MAR TIMOTHEUS I.), il est permis de dire pour la succession de cette lignée occidentale du Patriarcat d' ANTIOCHE a seulement été assurée par les consécrations épiscopales indiquées dans la liste ci-annexée.

On y trouve, entre autres, la consécration épiscopales de Mar JOANNES-MARIA, le 25 janvier 1953. C' est lui qui bénit le 4 octobre 1961 l' union mystique de JEAN STAHL et de GABRIELLE (1) et qui consacra le 24 juin 1962 à Exmes, la Chapelle NOTRE-DAME-du-MONDE – Madone de l' EXEMPLE – chapelle promise par GABRIELLE à la Sainte VIERGE vingt ans auparavant.

On remarque également la consécration épiscopale de MAR TUGDUAL I, canoniquement missionné le 5 mai 1957 pour la restauration de la SAINTE EGLISE CELTIQUE, qui nous conféra au cours de la Célébration PASCALE LE 13 avril 1968, en sa chapelle-Cathédrale de la SAINTE PRESENCE à St-DOLAY (Bretagne), la plénitude du Sacerdoce.

  1. Le mariage mystique , à l' image de celui de Myriam et de joseph, concilie le conseil de Saint Paul: «Que l' Evêque soit le mari d' une seule femme» (I. Thimothée III. 2) avec la coutume postérieure des Evêques moines. C' est en partant du mariage mystique que commence la transfiguration du monde. La prédiction de ces nouveaux temps a été faite par Jésus lui-même à quelqu' un qui lui demandait quand viendra le Règne de Dieu: «Lorsque deux seront un et que le masculin ne sera plus le même par rapport au féminin». (Agraphon de St-Clément de Rome)

*
N.S JESUS-CHRIST affirmait: «Ego sum vitis, vos palmites» (2).

L' Eglise en ses sept Patriarcats est comparable à un cep de vigne avec sept branches maîtresses qui, chacune, au cours des siècles, ont produit de nombreux sarments par le jeu des consécrations épiscopales.

Et dans sa «Somme Théologique Q. 38 art. 2» St THOMAS d' AQUIN a même précisé que «mêmes hérétiques, ou excommuniés, les Evêques ordonnent et consacrent validement».

a) Pendant le IVe siècle de notre ère, il y eut une période de luttes doctrinales avec des règnes simultanés sous PAULIN II et MELECE I.

Il arriva, en effet, qu' une fraction du Clergé, ayant adopté les idées nouvelles, se trouva en opposition avec une autre fraction demeurée traditionnaliste.

Avec le recul du temps et les condamnations portées par les Conciles, il paraît évident que ces idées nouvelles (ariennes, appolinaristes, n' étaient que des hérésies.
Aussi, nous n' incluons pas dans la liste des Patriarches d' Antioche, leurs représentants promus «patriarches» par leurs «supporters» du vivant de PAULIN II et de MELECE I; (Eudoxius-Eusius-Vitalis-Dorothée...)

b) de 512 à 519, sous la puissante impulsion de leur Patriarche SEVERE I, dit «SEVERIOS le GRAND», célèbre théologien, clers et fidèles, excédés par les Byzantins, s' en tiennent à la formule de Saint CYRILLE.

  1. En 544, après l' intervention de l' Empereur Justin 1er, qui déposa le Patriarche SEVERIOS le GRAND, en 518, et les irrégularités dans l' élection d' un successeur, la légitimité apostolique put être préservée, grâce à l' effort de l' Evêque-moine Jacques Baradaï et de l' impératrice THEODORA, par l' élection du légitime successeur de Sévirios (donc de St PIERRE); le Patriarche SERGE (SERGIUS),
    Face à la lignée imposée par l' autorité impériale à Antioche (lignée Melkite), le Patriarche légitime apostolique (dit Jacobite) dut s' exiler de Syrie et se retirer vers l' Osrhoène d' abord, puis en Mésopotamie en 1166, où le Patriarche MICHEL I, LE GRAND, s' installe à MARDIN.
    d) En 451, au Concile de CHALCEDOINE – sous LEON 1er
    - il y eût séparation entre les courants apostoliques de ROME et d' ANTIOCHE, le Patriarcat d' Antioche restant sur sa position théologique,
    - le 16 juillet 1054, quelques jours après la mort de LEON IX, ROME rompt définitivement avec l' ORIENT;
    - Mais, en 1971, les 25 et 26 octobre, au Vatican, S.S. PAUL VI et S.B. IGNACE-JACOB III se sont rencontrés en vue de la réconciliation des deux
    patriarcats.

  1. St JEAN. XV. 5

------------------------------

Biblographie:

Dict. Des Papes – Han Kuhner – Corréa 1958.
Eglises et Evêques Catholiques non romains – Ivan de La Thibaudeie, Dervy 1962.
Retour à l' Unité de la Foi – Jean Stahl – ed. L' Alliance du Monde, 1968.
Observatoire Romano – 25-26 octobre 1971
Abbé julio – Ambelain – La Diffusion Scientifique – 1952
Pape et Patriarches – Gaston Zananiri – N.E.L. - 1962
Hollevenez – 1960
Archimandr. Joseph Nas Rallah – Paris 1977
Clartes– Paris.

Aucun commentaire: